​Cholet Basket s’est incliné sur le parquet de Boulogne-Levallois (87-92) ce vendredi 23 décembre à l’issue d’un match qu’il pensait avoir gagné. C’est la quatrième défaite de CB cette saison.

On savait le duel entre Patton et Wembanyama très attendu, et on peut dire que le pivot américain a d’abord répondu présent. D’abord en marquant un premier panier dans la raquette, puis un autre à trois points au nez et à la barbiche du futur numéro un de la draft. Sur le parquet, on ne voyait que la célèbre chevelure verte du géant choletais qui comptabilisait sept des neuf premiers points de son équipe (11-9, 5’).

En défense, il n’y avait pas non plus grand-chose à redire car clairement, Wembanyama était gêné et tentait beaucoup de tirs impossibles, même pour lui. Sauf que Patton écopait rapidement de sa deuxième faute, un classique chez lui, et filait sur le banc.

Justin James, pigiste médical des Mets 92, qui disputait là son premier match de Betclic Élite, en profitait pour marquer coup sur coup (18-9, 8’). Hé oui ! Derrière le phénomène Wembanyama, il y a un bien une équipe complète et performante à Boulogne-Levallois. À cet instant du match, l’addition était salée pour Cholet (28-19, 10’).

Le travail de dissuasion de Justin Patton

Alors qu’Artis enchaînait les mauvais tirs et les mauvais choix, Robineau montrait la voie à son équipe sur sa main droite avec deux paniers de costaud. Grâce à son énergie et à celle de Goudou-Sinha, Cholet se réveillait. Le capitaine Boris Dallo, ramenait même les deux équipes à hauteur ! Il y avait bien match (30-30, 14’).

De retour sur le parquet avec ses deux fautes, Patton poursuivait son travail de dissuasion sur Wembanyama. L’intérieur français comptabilisait tout de même 11 points à la pause, à 33 % au tir. Mais Cholet avait de nouveau la tête à l’endroit et retrouvait de l’adresse. Et ce sont bien les coéquipiers de Kim Tillie qui viraient en tête à la pause. (40-47, 20’)

Et aux retours des vestiaires, Justin Patton débutait son show. Il réalisait d’abord une interception sur Wembanyama, enchaînait avec un tir à trois points, son deuxième de la soirée, lui qui n’en avait tenté que trois depuis le début de la saison. L’Américain s’enflammait et continuait à tirer de loin. Derrière, c’est toute son équipe qui était contaminée par cette envie de bien faire.

Et Cholet a fini par craquer…

Cholet brillait par son collectif, sa marque de fabrique depuis le début de la saison. On ne voyait plus Wembanyama. Un premier trois points de Cambpell forçait Vincent Collet à prendre un temps mort. Le break était fait (54-68, 27’) et on sentait alors que CB avait vraiment pris l’ascendant sur son adversaire (59-72, 30’).

Curier provoquait une faute antisportive d’Ho You Fat d’entrée de quatrième quart. Certaines attitudes ne trompaient pas. Mais le shooteur de Cholet ne s’arrêtait pas là, et marquait coup sur coup deux énormes tirs à trois points (59-77, puis 59-80’, 32’). On pensait alors que la messe était dite.

Mais au courage, les locaux allaient revenir dans le match, évidemment grâce à Victor Wembanyama (71-82, 35’). Un shoot, puis deux, et petit à petit la folie s’emparait de toute la salle. Dallo manquait sa remise en jeu et servait directement Waiters. Et sur un tir à trois points de Konaté, les Mets n’étaient plus qu’à une seule longueur ! (86-87, 38’). Victor Wembanyama (Qui d’autre que lui ?) permettait à Levallois de repasser devant… (89-87, 39’). Cholet, qui pensait avoir match gagné était complètement sonné… Mais c’est bien Boulogne-Levallois qui s’imposait.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *