Toujours grâce à ses jeunes et sur un but de Delaurier-Chaubet, Bordeaux a dominé Niort et est leader ex-aequo avec Guingamp et Caen (7 pts)

Avec la même équipe de départ qu’à Rodez, sauf Johaneko Louis-Jean arrière gauche à la place d’Ekomié blessé, Bordeaux s’est procuré d’emblée, devant 20 000 spectateurs, une grosse occasion, une transversale de Bokélé pour Delaurier-Chaubet, qui n’a pu cadrer sa reprise (2e). Bordeaux a répété ce type de mouvement avec du jeu sur les ailes, sans retrouver de suite une si belle occasion.

Niort a remis de l’engagement et de la compacité au milieu pour mieux tenir, mais les Bordelais ne paniquaient pas et Bakwa délivrait un centre parfait pour Fransergio, dont la reprise de la tête n’était pas cadrée (27e). Action aussitôt suivie d’une balle de but pour Sagna, plantant Bokélé sur place après qu’une accélération de Benchama eût laissé sur place le milieu bordelais et Gregersen mal placé.

Niort a su presser alors ce milieu de terrain qui perd trop facilement la balle, comme à Rodez, les Chamois montrant plus de capacité à exploiter les cadeaux. Le match, cette fois, était équilibré. Sur le côté droit de l’attaque niortaise, Boutobba a fait autant de dégâts que Bakwa pour Bordeaux, offrant la dernière occasion de la mi-temps aux visiteurs.

Bakwa et Delaurier en feu

Et la première de la deuxième, lancé par Sagna, Gregersen aux pâquerettes et Poussin à la parade (46e). En danger sur les contres niortais, Bordeaux a sorti la tête de l’eau grâce à ses jeunes, et encore Bakwa, qui a accéléré deux fois et servi Maja puis Fransergio, trop lents pour en profiter.

Maja, discret jusque-là, a eu l’œil pour répondre à l’excellent appel de Delaurier-Chaubet dans l’axe, d’une passe que le jeune attaquant a prolongé froidement dans le but (1-0, 61e). En feu, le petit attaquant a manqué le doublé la mise dans la foulée (ballon piqué détourné par Michel), mais un dégagement raté de Poussin a failli offrir l’égalisation aux Niortais.

David Guion a commencé son coaching autour de la 70e avec les entrées d’Onana pour Lacoux et d’Elis pour Maja. Les Girondins ont continué à dominer le match sans se mettre à l’abri, la faute à trop de précipitations sur des actions prometteuses. D’où quelques frissons sur deux corners niortais consécutifs et un dernier centre de Boutobba dans le temps additionnel. Sans bobo.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *