Le FC Metz s’est fait piéger par le FC Annecy, concédant un match nul et vierge sur la pelouse de Saint-Symphorien. Malgré les nombreuses situations et une domination totale, les Grenats n’ont pas trouvé la faille.

C’est un match nul qui n’arrange pas les affaires de nos Grenats. Le FC Metz doit partager les points avec une vaillante équipe d’Annecy. Le promu a pu compter sur une défense solidaire et compacte, avec un gardien rassurant. Les hommes de Laszlo Boloni ont surtout joué à se faire peur, et se sont montrés assez maladroits devant.

Quelques changements sont à noter dans le onze de départ. Kouyaté et Traoré sont alignés ensemble pour la première fois, ainsi que Koffi Kouao qui connait sa première titularisation. Maziz, Mikautadze, Gueye et Niane ont la lourde tâche de l’animation offensive messine, tantôt magique, tantôt inexistante.

Une domination stérile

Le FC Metz a manqué de justesse et de maîtrise contre Annecy. Les Savoyards, bien regroupés derrières, ne se sont jamais vraiment fait surprendre en première mi-temps. Trop approximatifs, les hommes de Laszlo Boloni n’ont cadré qu’un seul tir lors des 45 premières minutes, pour seulement 4 petites tentatives. Derrière, le manque de maîtrise s’est aussi fait sentir en défense. Pas particulièrement sous pression, la défense messine ne rassure toujours pas vraiment. Ousmane Ba s’est fait une belle frayeur face à l’attaquant savoyard venu au pressing. Héritant d’une passe compliquée de Jean Jacques et peu aidé par Traoré et Udol, pas vraiment enchantés à l’idée de proposer une solution au jeune gardien, Annecy s’est procuré la meilleure occasion de la première période, heureusement à côté.

Rarement en position de frappe, les Annéciens ont mis beaucoup d’intensité au milieu du terrain. Un combat auquel les milieux messins ont répondu, et plutôt bien. Notamment par l’intermédiaire de Danley Jean Jacques, particulièrement propre dans ses duels. L’Haïtien a maîtrisé son sujet, à côté d’un N’Doram assez lent dans ses transmissions et interventions. L’ancien Monégasque continue son début de saison plutôt décevant, alors qu’il aurait pu partir en Ligue 1 pendant ce mercato.

Meilleure attaque, vous dites ?

Meilleure attaque de Ligue 2 avec 13 réalisations au coup d’envoi, le FC Metz n’a pourtant pas brillé dans le secteur offensif. Si les idées sont là, les combinaisons, la finition et surtout la qualité de centre restent les gros points noirs du jeu mosellan. Depuis le début du championnat, les attaques passent énormément sur les ailes. Et dans ce match encore, Koffi Kouao et Lamine Gueye ont mis le feu sur ce côté droit… Jusqu’au moment fatidique de centrer. Mikautadze a, par deux fois, récupéré un ballon envoyé loin au second poteau, mais à chaque fois, ses tentatives n’ont pas fait mouche (11e, 56e).

Pourtant très intéressant dans le cœur du jeu par ses décalages et sa qualité de balle, Youssef Maziz est lui aussi en grande difficulté dans l’exercice du centre. Sur les 9 corners grenats, un seul s’est avéré dangereux. Une tête d’Ismael Traoré passait ainsi de justesse à côté des buts d’Escales (57e). Un bilan assez pauvre de 12 tirs pour 4 cadrés, et pas vraiment dangereux, pour la désormais co-meilleure attaque de Ligue 2 avec Le Havre.

Un match nul qui ne rassure pas dans la lutte pour la montée. Alors que Caen et Dijon ont encore une fois chuté, le FC Metz rate une occasion en or. Le podium tendait les bras aux Grenats. Il reste deux journées avant la première trêve internationale pour se relever. Une bonne semaine de pause avant Guingamp lundi 12 septembre, et un déplacement à Bastia le 17.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *