Le PDG de l’EuroLeague, Marshall Glickman, a déclaré que l’expansion de l’EuroLeague et la création de conférences sont inévitables.

Le PDG de l’EuroLeague, Marshall Glickman, a participé au podcast The Crossover et a parlé de l’expansion de la ligue, de l’introduction du plafond salarial et d’autres sujets.

L’une des choses les plus intéressantes révélées par Glickman était que l’EuroLeague pourrait introduire des conférences.

“Nous devons être prudents avec [ajouter plus d’équipes] parce que c’est ce qui le rend si spécial, n’est-ce pas?” Glickman a déclaré à Joe Arlauckas dans l’épisode The Crossover. “Je pense que plus d’équipes sont inévitables, mais il n’y aura pas plus de calendrier, n’est-ce pas?”

“Ces équipes jouent dans leurs ligues nationales, je ne vois pas cela changer. Vous avez dans une certaine mesure le problème des fenêtres FIBA. Il n’y a qu’un nombre limité de jours, et nous devons prendre soin de nos joueurs. Ils sont notre noyau les atouts.

En ce moment, ce format que nous avons est fantastique, et c’est ce qui nous a propulsé au niveau supérieur… Il n’y a pas de solution magique, mais je pense qu’il va falloir aller à des conférences [au cas où d’autres équipes s’ajouteraient à la Ligue].

Dans ce scénario, vous jouerez peut-être contre toutes les équipes à domicile et à l’extérieur de votre conférence, et vous n’affronterez que les équipes à l’extérieur de votre conférence à domicile ou à l’extérieur une année sur deux. Quelque chose comme ca. Je pense simplement que nous allons devoir aller dans cette direction. C’est inévitable”, a poursuivi Glickman.

Le PDG de l’EuroLeague a également révélé que de nombreux marchés souhaitaient rejoindre l’EuroLeague.

“La bonne nouvelle pour nous, c’est qu’il y a une demande de licences pour jouer en EuroLeague, d’après mon décompte, sur huit marchés différents, et cela pourrait vraiment être plus comme dix. Des marchés qui n’ont pas d’équipes en EuroLeague aujourd’hui. Nous voulons en profiter Tous ces marchés ne sont pas prêts, mais ils sont sur le point de l’être », a déclaré Glickman.

Un autre sujet qui a été abordé est le plafond salarial. Bien que Glickman ait admis qu’il n’aime pas le terme, il a une vision de la façon dont il pourrait être mis en œuvre.

“Je n’aime pas le terme” plafond salarial “. Parce qu’il semble que nous essayons de limiter les salaires de nos joueurs, ce qui n’est pas le cas”, a déclaré Glickman. “Ce dont je pense que nous parlons, c’est du partenariat avec nos joueurs. C’est un partenariat où les joueurs ont un intérêt direct dans la croissance de la ligue.”

“Là où la croissance collective à mesure que l’économie de l’ensemble s’agrandit, la compensation devrait également aller aux joueurs. Pour moi, il est très important que nous connections ces deux”, a ajouté Glickman.

Le PDG de l’EuroLeague a confirmé que s’adapter aux différents marchés et aux différences de fiscalité est la chose la plus difficile, mais il pense que cela pourrait être fait.

“Le message que je veux [est] qu’il devrait y avoir des minimums, il devrait y avoir des plafonds. Ces plafonds doivent tenir compte de la fiscalité et des différences entre les marchés. Je pense que cela peut être fait. Mais plus important encore, pour moi, c’est pour exprimer ceci légalement et autrement en partenariat avec les joueurs.

Les grands clubs qui ont plus de ressources qu’on devrait certainement laisser, tout comme en NBA, la possibilité aux clubs de conserver leurs propres joueurs. Certes, il devrait y avoir certaines exceptions s’il y a un joueur exceptionnel qui pourrait potentiellement jouer en EuroLeague et qui va exiger des salaires plus élevés. Je pense que nous voulons nous assurer qu’il y a de la flexibilité intégrée là-dedans.

Il devrait peut-être y avoir un concept de taxe de luxe. Nous explorons tout ce qui précède où, pour les équipes à plus haut salaire, il y a de l’argent qui est redistribué aux équipes à faible salaire. Je pense que l’objectif premier est l’équilibre concurrentiel ou la parité, mais il y a d’autres objectifs comme la durabilité financière et économique”, a expliqué Glickman en détail.

L’hôte du Crossover, Joe Arlauckas, a également posé des questions sur la possibilité d’introduire la pension aux joueurs de l’EuroLeague. Glickman a rassuré qu’il aimerait avoir ce système en EuroLeague.

“L’accord-cadre que nous avons conclu, ce qui, je pense, était une chose très difficile à faire compte tenu de la nature de tant de pays, de systèmes fiscaux différents et de références culturelles”, a commencé Glickman. C’est génial parce que ça commence déjà à améliorer les conditions de travail des joueurs comme il se doit.”

“Je suis fortement en faveur de la création d’une possibilité de retraite pour les joueurs au fil du temps. Je souhaite mettre à jour l’accord-cadre.

Il va évoluer d’année en année. Je viens de rencontrer Bostjan Nachbar – un gars vraiment bien, et nous avons eu une conversation agréable. Nous devons développer ces concepts”, a conclu Glickman

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *