Alors qu’il restait 22 kilomètres à parcourir dans la deuxième étape de l’Étoile de Bessèges ce jeudi, la course a été neutralisée suite à une importante chute. Le reste de l’étape est donc annulé par manque d’ambulances disponibles.

Au lendemain de la victoire du Belge Arnaud de Lie, les coureurs prenaient part ce jeudi à la deuxième étape de l’Étoile de Bessèges entre Bagard et Aubais. Après 147 kilomètres de course et alors que le deuxième groupe revenait sur le premier, une grosse chute a eu lieu à vive allure. À cet endroit la route était très étroite et les coureurs passaient sur un pont. La décision d’interrompre temporairement la course est intervenue à 22,1 km de l’arrivée. Quelques minutes plus tard, l’étape a été définitivement neutralisée par la direction de course.

Une première chute pour Benoît Cosnefroy

Après avoir passé les deux difficultés du tracé, la côte de Saint-Côme-et-Maruéjols (2,2 km à 5,5 %) et une première fois la côte de Clarensac (2,7 km à 4,1 %), six coureurs se sont échappés : Andréa Mifsud, Dries De Bondt, Vito Braet, Ludovic Robeet, Jérémy Leveau, Maël Guégan. À 50 kilomètres de l’arrivée, ils comptaient 2 minutes d’avance sur le peloton toujours bien en place. Mais la chute du Français Benoît Cosnefroy, à 36 kilomètres de la fin a créé les premières cassures dans le peloton. Un groupe de onze hommes est parti à la poursuite de la tête avant de faire la jonction quelques minutes plus tard. Le groupe de 17 coureurs comptait alors une quinzaine de secondes d’avance sur le peloton qui se rapprochait dangereusement.

Pas assez d’ambulances pour terminer l’étape

À 22 km de l’arrivée, une importante chute a eu lieu. Après quelques minutes de flottement et d’explications entre les commissaires, les directeurs sportifs et les coureurs, la direction de course a décidé de neutraliser l’étape pour des raisons de sécurité. Claudine Fangille, présidente de l’organisation de l’Étoile de Bessèges, a annoncé que la course ne reprendrait pas : « les coureurs ont été arrêtés pendant plus de dix minutes donc ils se sont refroidis. Trois ambulances ont été obligées de quitter la course et pour cela il n’y a plus de sécurité s’il venait à arriver quelque chose dans les kilomètres qui viennent. La meilleure décision a été de dire qu’on neutralise ».

Les 22 derniers kilomètres ont donc été effectués en mode « entraînement ». L’organisation a décidé qu’il n’y aurait pas de vainqueur d’étape et que le classement général serait figé. Arnaud De Lie conserve donc son maillot de leader devant Mads Pedersen et le Français Benoit Cosnefroy, qui semblait touché au poignet à l’arrivée de l’étape.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *