Victorieuse du Costa Rica dans un match fou (4-2), l’Allemagne est condamnée par la victoire japonaise face à l’Espagne (2-1). Pour la deuxième édition d’affilée, les Allemands quittent la Coupe du monde dès les poules.

Le match : 4-2

Plus maîtresse de son destin au coup d’envoi, l’Allemagne a vécu une nouvelle soirée cauchemar en Coupe du monde. Quatre ans après le fiasco de 2018, les Allemands sont à nouveau éliminés dès la phase de groupes malgré leur succès fou contre le Costa Rica (4-2). Car dans le même temps, le Japon s’est imposé face à l’Espagne pour s’offrir la tête du groupe E (2-1). Virtuellement qualifiés pendant deux minutes, les Ticos quittent eux aussi la compétition.

Si le résultat reflète la physionomie d’une opposition largement dominée par les hommes d’Hansi Flick, le scénario a mis en lumière les failles criantes d’un collectif loin d’être souverain. Après une excellente entame, récompensée par l’ouverture du score rapide de Serge Gnabry à la réception d’un centre de David Raum (10e), les Allemands ont encore souffert d’un manque de réalisme. Malgré le siège des buts Costaricains, il a fallu un nombre incroyable d’occasions pour valider le succès. Leon Goretzka (14e), Jamal Musiala (36e), Gnabry (40e) se sont manqués avant le repos. Puis Musiala, par deux fois, et Antonio Rüdiger (61e, 63e, 66e) ont touché le poteau de Keylor Navas.

Avant cela, Yeltsin Tejeda avait égalisé en profitant d’un tir relâché par Neuer (58e). Puis Juan Pablo Vargas a même mis les siens aux commandes sur un cafouillage dans une défense allemande aux abois à la moindre incursion adverse (70e). L’excellente entrée de Kai Havertz, auteur d’un doublé (73e et 84e) a eu le mérite de remettre les pendules à l’heure.

Mais même l’ultime réalisation de Niclas Fullkrug (90+1) n’y a rien changé car, en parallèle, le Japon, bourreau des Allemands lors de la 1re journée, s’est offert l’Espagne.

2

Pour la 2e fois d’affilée, l’Allemagne quitte la Coupe du monde dès la phase de groupes. Cela ne lui était jamais arrivé sur les 16 éditions précédentes (Opta).

Le joueur : Musiala s’est démultiplié

Comme tous ses partenaires, il a quitté la pelouse la tête basse ce jeudi soir. Mais Jamal Musiala peut être fier de sa Coupe du monde. À 19 ans, le joueur du Bayern a encore été le meilleur élément d’une Allemagne qui n’a presque rien proposé sans son impressionnante activité. Alors que le match tournait au cauchemar, il est l’un des seuls à n’avoir jamais cessé de provoquer la défense regroupée du Costa Rica pour tenter de forcer le destin. Frustré à 2 reprises par les montants et parfois imprécis à la finition, il a tout de même porté sa sélection offensivement.

Le fait : un rêve de deux minutes pour le Costa Rica

Déjà fou, le scénario de la soirée a tourné à l’irréel pendant deux minutes ce jeudi. Alors que le Japon menait déjà contre l’Espagne, le but de Vargas a virtuellement propulsé le Costa Rica à la 2e place du groupe E, éliminant les Allemands et les Espagnols. Malheureusement pour les Ticos, leur plan de jeu minimaliste a fini par être sanctionné par les entrants allemands.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *