Un temps mené, le Stade de Reims a finalement fait match nul ce dimanche sur la pelouse de Strasbourg, lors de la 3e journée de Ligue 1. Un premier point cette saison en championnat bien mérité tant la prestation proposée est encourageante. Les Rémois auraient pu espérer mieux avec de l’efficacité.

Voilà un moindre mal pour le Stade de Reims. Avec le point du match nul chèrement acquis à Strasbourg, le club rémois a ainsi ouvert son compteur de points au classement de Ligue 1 et peut enfin lancer sa saison avec de vrais espoirs pour la suite. Car la performance réalisée en Alsace méritait certainement plus qu’un point ce dimanche. Dès les premières minutes d’ailleurs, les protégés d’Oscar Garcia montraient leurs intentions dans un match sans round d’observation tant le rythme était élevé. Si le premier tir fut Strasbourgeois, les premières véritables occasions étaient rémoises. Mais Folarin Balogun, une des belles découvertes de ce début de saison, voyait son premier but refusé pour hors-jeu. Et sa combinaison suivante, en une-deux, avec Bradley Locko, ne permettait pas au jeune latéral d’avoir plus de réussite.

Pendant une mi-temps, les situations n’ont pas manqué et le scénario fut trop souvent le même. Strasbourg tenait stérilement le ballon et Reims profitait de récupérations hautes pour se projeter. Mais l’efficacité faisait toujours défaut. Et les erreurs se payent cash. Dans les arrêts de jeu, Reims cédait une fois de plus sur coup de pied arrêté. Alexander Djiku était le seul à suivre une déviation sur corner et trompait Patrick Pentz.

Les bonnes pioches Ito et Balogun

Pointé du doigt pour sa faiblesse mentale contre Clermont, le Stade de Reims ne s’est pas désuni malgré les vents contraires. Porté par son duo Ito – Balogun, les Rémois poursuivent leurs efforts. Avant l’heure de jeu, le second centre pour le premier dont la tête plongeante contraignait Sels à un bel arrêt. En panne de réalisme, les Rémois devaient se confronter à quelques frayeurs défensives. Mais cette fois, la défense tenait bon. Mieux, les Rémois allaient finalement être récompensés de leurs efforts. Après un bon travail, Arber Zeneli centre pour Junya Ito. Le Japonais est trop court mais Alexis Flips suit bien l’action et son centre en retrait trouve un Balogun qui, avec réussite, reprend victorieusement. La récompense est logique. Elle peut même offrir quelques regrets sur le résultat final. Qu’importe, voilà le Stade de Reims qui avance enfin comptablement, et un avec un contenu prometteur. Et à ce jeu, même Lyon, attendu à Delaune la semaine prochaine, ne devra pas crier victoire trop vite.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *