Le RC Lens n’a pas existé à l’Emirates Stadium d’Arsenal (0-6), encaissant cinq buts en première période. Il est éliminé de la Ligue des champions mais peut encore se qualifier en Ligue Europa s’il ne perd pas contre le Séville FC, le 12 décembre à Bollaert.

Après la victoire du PSV à Séville (3-2) un peu plus tôt dans la soirée, il ne fallait pas perdre à Londres pour éviter l’élimination. Mais la marche était beaucoup trop haute, pour les Lensois, et leur rêve d’une qualification en huitièmes de finale a vite tourné au cauchemar, sur une pelouse de l’Emirates Stadium où ils ont semblé tout petits (0-6).

Est-ce la victoire des Nordistes à l’aller à Bollaert (2-1) qui a aiguisé les crocs des Gunners, ou bien le majestueux décor du stade londonien qui a intimidé les joueurs de Frank Haise ? Il n’y a pas eu match, en tout cas, au fil d’une première période où l’écart entre les deux équipes était un gouffre dans lequel Lens est tombé la tête la première. Mordus d’entrée par le pressing intense des Anglais, incapables de tenir le ballon et transpercés en quelques secondes dès que l’adversaire accélérait, les Lensois ont vécu l’enfer et, après même pas une demi-heure de jeu, il y avait déjà 4-0, dans les chants enjoués des tribunes.

Arsenal marque quatre fois sur ses six premiers tirs

Techniquement, les Londoniens réussissaient à peu près tout ce qu’ils tentaient, marquant quatre fois sur leurs six premiers tirs, et c’était un récital de beaux gestes et de bonnes idées, d’abord Havertz qui battait Samba de près (1-0, 13e), puis Saka qui repiquait dans l’axe, s’enfonçait dans la surface et s’effaçait pour Gabriel Jesus, qui crochetait et ajustait le gardien lensois (2-0, 21e). Ce fut un long dégagement de Raya, ensuite, et une combinaison entre Havertz et Martinelli, conclue par une tentative du Brésilien mal repoussée par Samba mais bien suivie par Saka (3-0, 23e). Les Lensois étaient assommés, mines défaites, regards perdus.

Martinelli mettait son but lui aussi d’une jolie frappe enroulée (4-0, 27e) et Arsenal baissait un peu le rythme, permettant aux Sang et Or de se montrer un peu dans le camp d’en face et à Medina de trouver le poteau (40e). Mais Odegaard profitait d’un superbe travail de Tomiyasu, parti de son camp puis passeur décisif, pour faire se lever le stade juste avant la mi-temps (5-0, 45e+1) et les Anglais maîtrisaient la deuxième période tranquillement.

Ils n’avaient plus besoin d’accélérer, seulement de contrôler sans trembler, jusqu’à un penalty logique obtenu après une faute de Khusanov et transformé par Jorginho (6-0, 86e). L’addition est douloureuse mais assez logique, et les Lensois peuvent au moins se dire qu’ils ont relevé la tête et limité la casse en seconde période. Ils peuvent se dire, surtout, qu’un nul contre le Séville FC, le 12 décembre à Bollaert, les qualifierait pour la Ligue Europa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *