Après avoir longtemps mené au score, les États-Unis ont été rattrapés sur le fil par le pays de Galles (1-1), ce lundi pour leur premier match à la Coupe du monde.

Le match : 1-1

Huit ans et demi après leur dernier succès en Coupe du monde (2-1 face au Ghana, au premier tour, le 16 juin 2014 au Brésil), les États-Unis attendent toujours. Ils pensaient avoir fait le plus dur, ce lundi, en ouvrant le score face au pays de Galles. Mais c’était sans compter sur la réaction d’un adversaire courageux, bien que limité dans le jeu, qui a accroché un bon match nul au final (1-1). Dans le groupe B, déjà nettement dominé par l’Angleterre, Américains et Gallois, qui visent les huitièmes de finale, ont manqué une belle occasion de prendre une option sur la qualification.

Net dominateur pendant une grosse heure, le Team USA a logiquement pris l’ascendant, après une première tête de Josh Sargent sur le poteau (10e), grâce à Timothy Weah. Le joueur du LOSC a été bien servi par Christian Pulisic plein axe (36e). Mais en seconde période, les partenaires de Gareth Bale, transparent jusque-là, ont inversé le scénario. Beaucoup plus entreprenants, ils ont réussi à égaliser grâce à un penalty obtenu et transformé par leur capitaine (82e), plus que jamais meilleur buteur national (41 réalisations). Le récent champion de MLS avec le Los Angeles FC a ainsi joué un mauvais tour à sa nouvelle patrie d’adoption.

Le joueur : Weah au rendez-vous

Titulaire surprise au regard de son début de saison perturbé par les blessures (6 matches en Ligue 1), Timothy Weah a répondu présent pour son premier match de Coupe du monde. Le fils du Ballon d’Or France Football en 1995 peut déjà se targuer d’avoir fait mieux que son père (Georges), qui n’a jamais disputé le moindre Mondial dans sa carrière.

Aligné sur le côté droit, l’attaquant de Lille (22 ans, 26 sélections) s’est montré très actif, notamment en première période. Après un bel enchaînement qui aurait pu être décisif (9e), il a marqué en profitant de sa vitesse (36e). Son quatrième but en sélection lui permet de succéder à Pelé, dernier buteur avant lui face au pays de Galles à la Coupe du monde, en quarts de finale de l’édition 1958 (1-0).

0

Les États-Unis n’ont jamais connu le moindre match nul et vierge (0-0) en 34 matches de Coupe du monde. C’est la sélection qui en a disputé le plus sans concéder aucun 0-0.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *