Vainqueur à Copenhague mardi soir (3-1), Manchester City a fait respecter la logique et fait un grand pas vers les quarts de finale de la Ligue des champions avant le retour en Angleterre.

Comme attendu, Manchester City a battu un FC Copenhague qui fait figure d’invité surprise à ce stade de la compétition, mais a dû attendre les derniers instants de ce huitième de finale aller pour faire le break (3-1). Même si les Danois n’ont pas démérité, les hommes de Pep Guardiola ont fait respecter la logique.

D’entrée, les Skyblues ont mis le pied sur le ballon et, après trois grosses occasions signées Kevin De Bruyne (3e), Ruben Dias (6e) et Nathan Aké (6e), « KDB » a ouvert le score d’un tir croisé du droit dans un angle fermé, sur une passe en profondeur signée Phil Foden (1-0, 10e). Un but qui n’a pas changé le rapport de force mais a calmé un peu la tempête sur le but de Copenhague. D’autant que Jack Grealish, blessé aux adducteurs, a dû quitter prématurément ses partenaires (21e).

La bourde d’Ederson

Plutôt solides défensivement, les Danois ont égalisé sur leur première occasion… et grâce à une grosse erreur d’Ederson. Mis sous pression mais pas au point de devoir forcer son geste, le portier brésilien a relancé un ballon directement dans les pieds de Mohamed Elyounoussi, dans une zone où ne figurait pourtant aucun joueur de City. Si la frappe du Norvégien a été contrée, elle est arrivée jusqu’à Magnus Mattsson, qui a envoyé un plat du pied puissant au fond des filets (1-1, 34e).

Pas remués par ce coup du sort, les Mancuniens ont remis la main sur le match à coups de séquences de passes infinies et, juste avant la pause, une transmission contrée de Kyle Walker a permis à Bernardo Silva, seul à avoir anticipé la trajectoire, de conclure d’un subtil coup de patte de l’extérieur du gauche (2-1, 45e+1).

Moins tranchant après la pause, Manchester City a continué à contrôler les débats, se procurant quelques occasions, notamment via Erling Haaland d’une tête retombant juste au-dessus de la barre (77e) et sur un face-à-face perdu (90e+1), sans en concéder. Et a fini par faire le break via Phil Foden, dont le tir rendait décisif le centre en retrait d’un De Bruyne omniprésent (3-1, 90e+3). De quoi se projeter sereinement vers le match retour en Angleterre, le 6 mars prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *