Auteur d’un gros dernier quart-temps, Monaco s’est imposé à Villeurbanne (84-75) et a remporté le clash des deux cadors du basket français, en Euroligue. Les deux équipes se retrouveront dès mardi en Championnat en Principauté.

Villeurbanne rêvait d’un match en forme d’acte de renaissance. Le champion de France a en partie rempli le contrat, retrouvant quelques couleurs et offrant une belle résistance à l’ogre monégasque durant trois quarts-temps. Mais il a fini par céder face à Monaco (84-75) et enregistrer une cinquième défaite de suite en Euroligue.

L’équipe de la Principauté a maîtrisé le money-time (24-15) pour s’imposer à l’Astroballe, là où elle avait perdu la finale du Championnat en juin, et remporter le clash des locomotives du basket français. Un résultat qui lui permet (8 victoires – 3 défaites) de rester au contact du Fenerbahçe, seul leader de l’élite européenne (9-1), à la deuxième place ex aequo avec Barcelone, vainqueur in extremis à Berlin (88-86).

Brown ce héros

John Brown, qui a dû quitter les siens dans la dernière minute, blessé sur un choc au torse, a été le grand homme du dernier quart (8 points, 5 rebonds). L’ailier-fort a arraché trois rebonds offensifs et inscrit, à chaque fois, un panier enfonçant un peu plus les Villeurbannais, usés par l’impact adverse (17 prises offensives pour l’ASM).

Sasa Obradovic a décidé de garder Mike James (17 points, 3 passes, 4 balles perdues) sur le banc tout le dernier quart alors que les deux équipes avaient entamé la période à égalité (60-60), préférant l’attelage Jordan Loyd (11 points, 4 passes, 5 fautes provoquées) – Elie Okobo. Ce dernier, ex Villeurbannais et bourreau des Monégasques en finale de Betclic Elite, profitait d’un écran de Brown pour tuer le suspens d’une flèche à 3 points (75-65, 36e).

Le fléau des balles perdues

TJ Parker pourra nourrir des regrets, compte tenu des belles choses montrées par David Lighty (13 points malgré un pépin au genou), Retin Obasohan (13 unités et une belle défense sur James), Jonah Mathews (11 points), ou encore le bondissant Yves Pons, dont la ligne statistique (6 points, 5 rebonds, 2 contres) dit mal l’impact qu’il a eu pour les siens. Nando De Colo (2 points, 1/4, 4 passes, 4 balles perdues) et Youssoupha Fall (1 point, 3 rebonds, 3 turnovers) n’ont eux pas pesé.

L’Asvel s’est coupé les jambes toute seule, égarant 21 balles (une bonne partie non provoquées), offrant à son adversaires un wagon de munitions supplémentaires (71 tirs à 51 pour Monaco !). Les deux équipes se retrouveront dès mardi prochain dans un nouveau choc, cette fois dans le cadre du Championnat, et en territoire princier.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *