On promettait l’enfer à Montpellier, privé de Savanier et avec un Dall’Oglio sur la sellette, sur le terrain d’un Stade brestois en confiance. Ce sont pourtant les Pailladins qui ont fait vivre un après-midi cauchemardesque aux Ty-Zefs en leur claquant cinq buts dans les 30 premières minutes.

C’est un véritable raz de marée qui déferle sur le stade Francis-Le Blé en début de rencontre, les Montpelliérains frappant trois fois dans les dix premières minutes et déroulant ensuite face à des Brestois sonnés. Maouassa est le premier à se mettre en évidence, il profite d’un contre pour s’offrir un raid solo et ouvrir le score (0-1, 5e). Khazri revêt ensuite son costume de Super Hérault et délivre un délice de ballon pour Wahi, lequel dévie juste le ballon pour faire le break (0-2, 10e). Sur l’engagement, le Tunisien profite de l’apathie de la défense brestoise pour s’y engouffrer au cœur et place sa frappe hors de portée de Bizot (0-3, 11e). C’est ensuite sur corner que le MHSC enfonce le clou. Cozza est à la réception de la déviation de F. Sacko et pousse seulement le ballon au fond des filets pour aggraver le score (0-4, 25e). Les Montpelliérains jouent simple, sont précis, et d’une efficacité redoutable, à l’image de Wahi qui s’offre un doublé. Son lob sur le poteau est repris par Mouassa qui lui remet, l’attaquant montpelliérain conclut facilement (0-5, 31e).

Laurent Nicollin revient avec une pinte sur le banc de son équipe, tandis que Michel Der Zakarian tente de changer les choses et donne leurs premières minutes brestoises à Slimani et Camara. Mais l’après-midi noire vire au rouge : Lees-Melou est exclu pour un pied envoyé dans les côtes de Ferri (48e). Le festival se poursuit pour les visiteurs, même si Khazri, touché aux adducteurs, cède sa place. Germain le remplace et retrouve le chemin des filets, huit mois après son dernier but, grâce à une madjer (0-6, 63e). L’ancien de l’OM s’offre même un doublé lorsqu’il fait passer sa frappe dans un trou de souris (0-7, 84e). Une victoire dans les grandes largeurs qui va rassurer les Montpelliérains et donner du répit à Dall’Oglio. Mercredi face à Ajaccio, les Pailladins devront prouver que cet après-midi n’est pas qu’un feu de faille. Quant à Brest, dont le public n’a pas arrêté de chanter malgré la rouste, c’est une claque qui sonne comme un rappel à l’ordre après la confiance engrangée, peut-être à l’excès.

Quoi de mieux qu’un derby à Rennes mercredi pour se remettre la tête à l’endroit ?

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *