Un véritable coup de tonnerre à retardement ! Nairo Quintana est disqualifié rétroactivement du Tour de France 2022 après avoir été testé positif au tramadol. C’est ce que vient d’annoncer l’UCI au travers d’un communiqué ce mercredi après-midi. Le leader d’Arkéa-Samsic perd donc le bénéfice de sa 6e place sur la dernière Grande Boucle. A l’origine de cette sanction, deux échantillons de sang séché prélevés les 8 et 13 juillet derniers ont révélé la présence de tramadol. Bien que cette substance ne soit pas interdite par l’Agence mondiale antidopage (AMA), l’utilisation du tramadol est interdit en compétition par l’UCI depuis 2019, “dans le but de préserver la santé et la sécurité des coureurs compte tenu de ses effets secondaires”. De son côté, Nairo Quintana s’est juste fendu d’un communiqué : “J’ai appris ce que les médias ont rapporté il y a peu de temps. Je ne peux que dire que je ferai appel au Tribunal Arbitral du Sport (TAS) pour prouver mon étranger total au fait rapporté par le Directeur Médical de l’UCI.” Bref, c’est certes une infraction aux règles médicales de l’UCI, mais le Tramadol n’est pas considéré comme un produit dopant. Nairo Quintana n’est donc pas suspendu et peut courir La Vuelta qui s’élance ce vendredi dès Pays-Bas à Utrecht.

Nairo Quintana peut tout de même s’aligner sur La Vuelta

Il s’agit donc d’une infraction au Règlement Médical de l’UCI et non d’une violation des règles antidopage. Comme ce n’est que la première infraction du Colombien, celui-ci est toujours autorisé à courir et donc à prendre le départ de La Vuelta vendredi à Utrecht. Le grimpeur de 32 ans a 10 jours pour faire appel de cette sanction, qui permet au Français Romain Bardet (Team DSM) de grimper à la 6e place du classement général final. Son compatriote Valentin Madouas (Groupama-FDJ) passe lui de la 11e à la 10e position. La formation de Nairo Quintana vient également de rendre disponible le communiqué de presse suivant.

“L’équipe Arkéa-Samsic a pris connaissance de la notification émanant de l’UCI et reçue par Nairo Quintana lui signifiant la présence de Tramadol dans deux échantillons de sang séché collectés lors du dernier Tour de France. Le Règlement Médical de l’UCI prévoit depuis le 1er mars 2019 l’interdiction du Tramadol en compétition pour des raisons médicales. Par ailleurs, cette infraction au règlement médical de l’UCI n’entraîne pas de suspension pour le coureur. L’équipe Arkéa-Samsic n’apportera aucun autre commentaire”, a sobrement partagé le team breton, pour le moment.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *