Auteur d’un impressionnant numéro en solitaire de près de 60 kilomètres, Bob Jungels a remporté, ce dimanche à Châtel, la 9e étape du Tour de France, signant ainsi son grand retour sur le devant de la scène après une saison 2021 extrêmement compliquée. Le Luxembourgeois de la formation AG2R Citroën Team a résisté dans le final au gros retour de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), qui était parti à sa poursuite dans le Pas de Morgins, et ce alors qu’il comptait près de 2 minutes de retard sur le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2018. Rattrapé dans le dernier kilomètre par les Espagnols Jonathan Castroviejo (INEOS Grenadiers) et Carlos Verona (Movistar Team), respectivement deuxième et troisième de cette étape, Thibaut Pinot a finalement pris la quatrième place.

Pogacar et Vingegaard gagnent un peu de temps, Vlasov souffre mais limite, Martinez explose !

Du côté des leaders du classement général, la course ne s’est animée que dans les 300 derniers mètres, moment où Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) a placé une accélération. Seul Jonas Vingegaard (Team Jumbo-Visma) a pu rester dans la roue du Slovène, les autres leaders ayant quant à eux concédé 3 secondes au maillot jaune et à son dauphin, respectivement cinquième et sixième à Châtel, à 49 secondes du vainqueur du jour. Apparu en difficulté dans le Pas de Morgins, Aleksandr Vlasov (BORA-hansgrohe) a passé une journée compliquée et a franchi la ligne 27 secondes après Pogacar et Vingegaard. L’addition est cependant bien plus salée pour les Colombiens Rigoberto Uran (EF Education-EasyPost), 34e de l’étape à 7’06”, et Daniel Martinez (INEOS Grenadiers), 70e à plus de 16 minutes !

Michael Woods à terre, Thibaut Pinot et Warren Barguil dans l’échappée

Avant la constitution de l’échappée du jour, une chute intervient au sein du peloton, dans laquelle sont notamment impliqués Michael Woods (Israel-Premier Tech), assez durement touché, mais aussi Felix Grossschartner (BORA-hansgrohe) et Tony Gallopin (Trek-Segafredo). Ce n’est qu’après une quarantaine de kilomètres de course qu’un groupe de quinze coureurs se forme à l’avant de la course. Dans ce dernier, on retrouve des clients, avec notamment Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Warren Barguil (Team Arkéa-Samsic), Bob Jungels (AG2R Citroën Team) ou encore Rigoberto Uran (EF Education-EasyPost), le mieux placé au classement général (16e à 3’24”).

Six coureurs partent en contre et reviennent, dont Wout Van Aert

Les deux Français, le Luxembourgeois et le Colombien sont accompagnés de Jonathan Castroviejo (INEOS Grenadiers), Patrick Konrad (BORA-hansgrohe), Carlos Verona (Movistar Team), Simon Geschke (Cofidis), Luis Leon Sanchez (Bahrain Victorious), Kobe Goossens (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), Joe Dombrowski (Astana Qazaqstan Team), Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Guy Niv, Hugo Houle (Israel-Premier Tech) et Franck Bonnamour (B&B Hotels-KTM). Mais ce ne sont pas quinze hommes qui vont finalement ouvrir la route lors de cette 9e étape, mais vingt-et-un, six coureurs parvenant à revenir de l’arrière.

Il s’agit de Wout Van Aert (Team Jumbo-Visma), Brandon McNulty (UAE Team Emirates), Benoît Cosnefroy (AG2R Citroën Team), Nils Politt (BORA-hansgrohe), Ion Izagirre (Cofidis) et Pierre Latour (Team TotalEnergies), ce dernier pouvant remercier son coéquipier Edvald Boasson Hagen, qui s’est littéralement sacrifié pour permettre au Drômois de figurer dans le groupe de tête. Logiquement, c’est l’équipe UAE Team Emirates qui prend les choses en main au sein du peloton, les coéquipiers de Tadej Pogacar laissant une marge de 3 minutes à cette échappée.

Bob Jungels va vite dans les montées… et dans les descentes

La présence de Wout Van Aert à l’avant permet au Belge de prendre 20 points au sprint intermédiaire et d’accentuer encore un peu plus son avance au classement du maillot vert. Dans le col des Mosses (13,3 km à 4,1%), classé en 2e catégorie, le groupe de tête monte de façon régulière, et c’est Pierre Latour qui passe en tête au sommet et marque ainsi 5 points au classement de la montagne. Dans l’ascension suivante, le col de la Croix (8,1 km à 7,6%), le groupe de tête explose, notamment sous l’impulsion de Bob Jungels.

Le Luxembougeois part seul à 3 kilomètres du sommet, avant de voir le retour de Simon Geschke quelques centaines de mètres avant la bascule. L’Allemand passe le sommet en tête, ce qui lui permet de prendre provisoirement la tête du classement de la montagne. Derrière, à 30 secondes, on retrouve une dizaine de coureurs, dont Van Aert, Barguil et Pinot, tandis que le peloton est pointé à 2’20”. Dans la descente du col de la Croix, Jungels distance Geschke, ce dernier faisant ensuite rattraper par les poursuivants.

Jungels impressionne, Pinot part à sa poursuite, Martinez distancé, Vlasov encore diminué

Auteur d’un sacré numéro, Bob Jungels creuse un écart important dans les kilomètres suivants, et c’est avec plus d’1’30” d’avance sur ses anciens compagnons de fugue qu’il aborde la dernière montée du jour, le Pas de Morgins (15,4 km à 6,1%). Le peloton a lui aussi perdu pas mal de temps sur le coureur de l’équipe AG2R Citroën Team, qui peut donc croire à la victoire d’étape. Au sein du peloton, un outsider se trouve rapidement en difficulté, Daniel Martinez. Le Colombien de l’équipe INEOS Grenadiers se fait lâcher à plus de 12 bornes du sommet, et ce alors que ça ne monte pas à une allure démentielle.

Derrière Jungels, quelques coureurs essayent de relancer l’allure du groupe des poursuivants, et un quatuor se détache, avec Pinot, Verona, Castroviejo et Uran. Se sentant bien, Thibaut Pinot place une accélération à un peu plus de 8 kilomètres du sommet, cette dernière lui permettant de s’isoler. Avec 1’30” de retard sur Bob Jungels, la mission paraît difficile pour le Franc-Comtois, mais celui-ci fait belle impression et reprend régulièrement du temps au Luxembourgeois. Dans le peloton, après Martinez, c’est désormais Aleksandr Vlasov (BORA-hansgrohe) qui est dans les cordes, même si le Russe parvient dans un premier temps à s’accrocher.

Un duel Jungels-Pinot, Jungels le plus fort, Pogacar et Vingegaard confirment leur supériorité

À 5 bornes du sommet, Pinot n’a plus que 50 secondes de retard sur un Jungels qui commence à buter, tandis que Castroviejo et Verona sont à 1’05” et que le peloton est encore pointé à 2 minutes. Vlasov est quant à lui cette fois-ci bel et bien lâché, tout comme Uran, qui n’a vu que passer le groupe maillot jaune. Plus roulante, la fin du Pas de Morgins permet à Jungels de juguler le retour de Pinot, même si celui-ci n’est plus qu’à 20 secondes au sommet, soit à 10 kilomètres de l’arrivée à Châtel.

Castroviejo et Verona n’ont pas abdiqué eux non plus puisqu’ils n’ont que 40 secondes de retard sur Jungels. Dans la descente qui amène à la bosse finale de Châtel, longue d’un peu plus de 3 kilomètres, Bob Jungels reprend quelques secondes à ses adversaires, mais c’est dans la montée que tout va se jouer. Et dans cette dernière, Jungels fait mieux que résister à Pinot, le Luxembourgeois gagnant le bras de fer et donc la 9e étape du Tour 2022. Pinot coince quant à lui dans le final et se fait dépasser par Castroviejo et Verona, qui montent sur le podium de cette étape. Dans le groupe des favoris, Pogacar accélère dans les 300 derniers mètres et seul Vingegaard peut le suivre, les deux hommes reprenant 3 secondes à l’ensemble de leurs adversaires.

CLASSEMENT 2022 À L’ISSUE DE L’ÉTAPE 9

Classement Général :

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *