De plus en plus de cartes fleurissent sur les réseaux sociaux à l’approche de l’annonce du tracé du Tour de France 2023, pour annoncer une arrivée ou un départ d’étape de la 110e édition à Bergerac, voir un jour de repos en Dordogne et un départ de Périgueux. Rien ne vient étayer cette hypothèse.

C’est une petite musique qui bruisse, qui circule de manière de plus en plus insistantes ces derniers jours en Périgord. Et si le Tour de France passait en Dordogne en 2023 ? Sur les réseaux sociaux, des cartes siglées du logo du Tour circulent en plaçant Bergerac comme ville d’arrivée, voire placent un jour de repos en Dordogne avec un départ de Périgueux à l’étape suivante. Faut-il les prendre au sérieux ? France Bleu Périgord a cherché à en savoir un peu plus.

Des cartes imaginées par des passionnés sur le net

Quand on creuse sur la provenance de ces images, on tombe sur des forums internet de passionnés de la Grande Boucle, qui mettent au point ces tracés très bien imités… pour s’amuser. La carte que vous avez peut-être vu passer sur Facebook donnant une arrivée à Bergerac puis un départ de Périgueux a été postée sur un forum nommé “Le Gruppetto”, qui a son “laboratoire à parcours” où ses membres se proposent “d’échafauder de grandes théories sur les parcours de courses cyclistes, courses réelles ou fictives”.

Il n’empêche qu’il faut quand même vérifier s’ils peuvent avoir raison. Quand on cherche à savoir où va passer la Grande Boucle, une manière de se renseigner est de passer par les hôtels. Et surprise : “Oui, on nous a réservé toutes les chambres pour les 5 et 6 juillet 2023”, assure un hôtelier de Bergerac au téléphone. Pile dans les dates affichées par certaines cartes. Mais le gérant s’empresse de préciser : “C’était pareil l’année dernière. L’organisme qui avait réservé les chambres a annulé la réservation quelques semaines après”.

Germinal Peiro a écrit au patron du Tour

Du côté des élus, personne ne dit qu’il a reçu une invitation. C’est, traditionnellement, à cette période de l’année que ça tombe. En revanche, certains avouent volontiers qu’ils font du forcing, depuis plusieurs mois, auprès de l’organisation de la course. Le maire de Bergerac Jonathan Prioleaud est allé suivre une étape l’été dernier à Cahors, dans une voiture de la direction de la course pour vanter à Christian Prudhomme les avantages d’une arrivée sur la ligne droite de Picquecailloux.

Il n’est pas le seul. L’entourage de Germinal Peiro assure que le président du département a écrit un courrier au patron du Tour. C’est vrai qu’après avoir accueilli la course en 2014 et en 2017, cinq ans sans passage de la caravane par le Périgord, ça paraît une éternité. Le tracé va rester, ou pas, secret, jusqu’au 27 octobre prochain et la révélation officielle par ASO, l’organisateur de la course. En attendant, tout ce qu’on sait pour sûr, c’est que les trois premières étapes parcourront le Pays Basque. On peut toujours garder espoir.

Suivez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/sportsactuindependant/

Suivez moi sur Instagram : https://instagram.com/sports_actu_independant?igshid=YmMyMTA2M2Y=

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *